Ma meilleure ennemie, pour (presque) toute la vie !
En couverture »

Comme presque tout le monde, Mélanie a eu une pire ennemie et la sienne était, Kallina Mirorr ! Mais un jour, elle en a eu assez ! Plus question d’être sa souffre douleur malgré sa gêne ! La guerre était-elle déclarée ?

Lire la suite »
Accueil » Couverture, Deci deçà ...

Femmes de 40 ans assouplir les critères de sélection ou rester seule ?

Masque de la mort (John Massey)Je suis une femme dans la quarantaine et je suis mariée. J’ai eu le bonheur de trouver mon mari lorsque j’étais encore dans la vingtaine. Autour de moi, j’ai plusieurs sœurs célibataires en fin de trentaine et dans la quarantaine. Malgré le fait qu’elles soient seules et affirment assumer leur situation, lorsque nous discutons sérieusement ensemble, il en ressort qu’elles souffrent de la solitude. Lorsqu’on leur présente des hommes (valables, intellectuels, qui ont une situation) à ma grande surprise, elles ne leur permettent même pas de franchir la première étape d’une relation qui consiste à essayer de se connaître. Sur un simple coup d’oeil, elles disent par exemple, tel n’est pas sexy, trop court, trop grand, trop gros, mal habillé, il n’a aucune conversation, il ne veut pas s’engager… Les bras m’en tombent. S’il est vrai qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné, certaines femmes censées être matures me surprennent. Comment peut-on demander à quelqu’un de s’engager s’il ne nous connaît même pas ? Peut-on écarter une candidature juste parce que la personne le jour du rendez-vous était mal habillée ? À ce rythme là, mes sœurs, vous ne verrez pas le beau diamant brut qui peut se trouver posé là sur la paille. Il n’y a personne de parfait, même pas nous-mêmes. Comment expliquer alors que des femmes belles, cultivées, ayant une belle situation passent les meilleures années de leur vie seules, dans l’attente d’un hypothétique être idéal ? Une de mes amies m’a même dit que je lui présentais des langoustines alors que j’ai moi-même gardé le homard dans mon panier en parlant de mon mari. Ne vous leurrez pas mes chères, il n’y a aucun homme facile à vivre, sans défauts, toujours charmant, bon payeur, qui est né avec le style parfait, bon parleur, qui aime faire le ménage, futur bon papa, grand à volonté, musclé là où il faut et qui est toujours célibataire à 40 ans !!! Apprenez à mettre de l’eau dans votre vin, Mesdames. Le mari d’autrui est toujours charmant parce que vous ne vivez pas avec lui au quotidien. Alors, à votre avis, il faut assouplir les critères de sélection ou continuer à rester seule ?

Un commentaire »

  • JB Lehman dit :

    Ok, Gisèle, si tu demandes aux femmes de 40 ans d’assouplir leurs critères que proposes-tu pour celles de plus de 40 ans, disons (45-50)? Qu’elles n’aient plus de critères du tout ? ? Oui, oui je te pose cette question parce que je suis très concernée. Et puis, ce n’est pas fini. Si en plus, on est divorcée et qu’on a des enfants à sa charge, est-ce qu’on peut encore se payer le luxe de choisir ou alors, on ramasse tout ce qui se présente et on en parle plus de peur de vivre vielle et seule ? LOOOOL ! Vois-tu chère Gisèle, en discutant l’autre jour avec deux de mes meilleurs amies divorcées, nous avons fait le constat suivant : Pour nos premières unions, nous n’avons pas eu le luxe de faire valoir nos critères. Nous avons donc choisi pour les unes des boutonneux et nous les avons aidé à vaincre leurs acnés. Nous avons choisi les «villageois» qui ne juraient que par les magasins Tati de Paris et les entrepôts Moore de Montréal pour se vêtir. Puis, avec beaucoup de patience et d’éducation, nous en avons fait des top models que le tout Montréal vient aujourd’hui consulter pour des conseils fashions et que certaines terroristes ont fini, par nous ravir. Nous avons choisi des éternels foirés en espérant qu’ils nous offriraient un de ces jours, lorsqu’ils auront dégoté le meilleur emploi ou la meilleure affaire, cette fameuse bague en diamant dont rêve toute bonne femme qui se respecte et, à force d’attendre ce précieux cadeau qui ne venait pas, nous avons fait notre deuil du caillou précieux. Conclu… Devenues aujourd’hui des cougars, nous pensons qu’il faut plutôt avoir des critères. Ok, tu me diras que c’est notre argent qui parle, que ces jeunes hommes ne nous aiment pas pour ce que nous sommes mais pour notre flouze, par intérêt donc. Mais, dis-moi, très chère amie, qui aime par pure amour aujourd’hui ? Qui aime sans aucun intérêt ? Personne car, les critères dont tu parles sont en fait, les intérêts. Alors les filles, un conseil : Ne faites surtout pas ce que notre amie Gisèle suggère dans cet article. Continuer à élever vos critères même après 40 ans et si à la fin, vous mourez vielles filles, Eh bien mourez avec vos convictions et vos godemichés pas loin de vous. Qui parle de solitude ? Voyons ! LOOOOOOOOOOOOOL!

Laissez votre message !

Rédigez votre message ci-dessous ou créez un rétrolien depuis votre propre site web. Vous pouvez aussi suivre les réponses via le flux RSS.

Pas de spam SVP.

Vous pouvez utiliser ces tags :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les Gravatars sont activés sur ce site. Afin d'en utiliser veillez-vous renregistrer à Gravatar.com.